Actus

MED CUP 2013: EPISODE 5

04|06|2013

LACHER PRISE

Hier, j'ai souhaité refaire à nouveau -114m, n'étant satisfait ni de la descente, ni de la remontée, lors de la dernière plongée. Réussir parfaitement au moins l'une des 2 partie de la plongée était mon objectif, le succès total étant encore trop ambitieux à ce stade de ma préparation. Contrat rempli. Mon retour à la surface accompagné de mon ancienne palme "made in Oleg" fut un total bonheur, l'osmose tant recherchée depuis quelques plongées enfin retrouvée.

La descente encore truffée d'erreurs techniques, de mieux en mieux identifiées, au niveau de la compensation, est encore perfectible.

Le positiviste dirait que c'est un bon indicateur de plonger à -114m malgré l'imperfection

Le réaliste répondra que pour s'aventurer au-delà des -120m, l'erreur ne sera pas tolérée.

L'optimiste que je suis, conclue qu'il reste encore quelques immersions pour régler une problématique déjà affrontée dans le passé, et résolue avec brio (avec qui ? ), et que dans l'ensemble je suis sur la voie du progrès.

Quelle sera la clef pour les prochaines plongées ?  Atteindre le lâcher prise et calmer le tumulte de mes pensées au cours de la descente. En méditation, on essaye d'apaiser le mental, en observant son activité sans se fixer sur les pensées et sans jugement, sans analyse. On utilise généralement un point de fixation, comme la respiration, les battements du coeur, un objet réel, un concept ou tout simplement un sens (l'ouie parexemple…). La sensation de se retrouver en paix profondément ancré en soi est une forme de libération de notre asservissement au mental tout puissant.

J'ai toujours trouvé dans la pratique de l'apnée en profondeur un forme de méditation dans le déplacement vertical. D'un point de vue géographique, nous allons vers le centre de la Terre, nous nicher en son coeur. Le froid des abysses ralentit le corps, son métabolisme, les battements du coeur. La lumière du soleil se dissout dans la masse d'eau, laissant place à une obscurité lénifiante. La pression comprime le corps physique et ramène les tissus en son centre. Tous les éléments convergent en un point. Mon corps devient céleste et exerce sa gravité sur mes pensées. Je lâche prise et m'abandonne dans le voyage intérieur.

Facile à écrire. Sur les 4 premières plongées, tout ne s'est pas encore mis en place ainsi, mes pensées, trop concentrées sur une technique encore approximative, sont restées en orbite. L'enjeu est là pour la suite :  établir une frontière nette entre concentration et crispation. Demain j'annoncerais -118m. A suivre…


Retour a la liste des articles